Equipement et conseils techniques pour réussir les vidéos de votre formation

Home / Communication / Equipement et conseils techniques pour réussir les vidéos de votre formation
Vous avez décidé de mettre en ligne votre enseignement afin de le transmettre au plus grand nombre. Parfait, seulement sans matériel adapté et quelques connaissances en termes de réalisation, vous allez très vite déchanter.
  • Quel équipement acheter ?
  • Comment l’utiliser ?
  • Quelles règles faut-il suivre pour la réalisation ?
Voici les sujets que je vous propose d’aborder ici.
Sachez que vous pouvez enregistrer de très bonnes vidéos avec peu de matériel. Et vous pouvez enregistrer de mauvaises vidéos avec du matériel PRO !
Le principal est d’avoir l’équipement adapté à vos besoins, tant au niveau du tournage que du montage, et de vous accorder du temps et un petit budget formation pour acquérir un minimum de connaissances techniques. Acheter du matériel ne suffit pas, savoir bien l’utiliser est un métier, ne l’oublions pas.
Le tournage et le montage peuvent très vite devenir un enfer si vous n’êtes pas préparé.
Alors voyons comment bien aborder ces étapes, pour réussir vos prochaines vidéos.

1- Equipement : caméra, lumière, son & logiciels

  • Caméra : un simple Iphone peut suffire, une GoPro également. Cependant, n’oubliez pas que sur les téléphones ou petites caméras, il est parfois impossible de gérer manuellement certains paramètres, comme la balance des blancs, le diaphragme, les niveaux audios. Et il n’existe généralement pas de sortie casque pour vérifier le son de votre micro. Je vous conseille donc plutôt une caméra de type SONY Handycam, qui pourra être utilisée en tout automatique, ou en tout manuel quand vous aurez acquis quelques notions techniques.
  • Côté lumière, l’éclairage du lieu ou un kit 3 projecteurs photos premier prix peuvent faire l’affaire. Laissez s’exprimer votre talent artistique car la lumière a une importance considérable. Faites simplement attention à ne pas mélanger des éclairages trop différents en température de couleur, sauf si vous savez le faire. Il est en effet possible de réaliser ce mélange, c’est assez fréquent au cinéma.
  • Pour le son, oubliez tout de suite le micro de la caméra si vous ne voulez pas faire amateur. Il est impératif d’utiliser un micro de proximité, situé au plus près de votre bouche. Soit un micro cravate, en version fil car moins cher. En effet, mieux vaut acheter un micro fil avec une bonne qualité audio, plutôt qu’un cravate HF bas de gamme qui aura un mauvais son, ou des décrochages de signal HF. Vous pouvez aussi utilisez un micro sur pied en dehors du champ de vision de la caméra, si vous parlez toujours bien en face de ce micro.
  • Les logiciels de montage sont nombreux, du gratuit au très cher. Commencez par un gratuit pour vous faire la main : Windows Movie Maker ou Pinnacle par exemple. Si vous avez quelques connaissances en montage, ou si vous souhaitez accéder à d’autres fonctionnalités, je vous conseille de passer à FCPX ou Adobe PREMIERE PRO, car ils sont vraiment bien conçus pour améliorer la qualité de la postproduction.

2- Conseils pour le tournage

 – Image

Parlons tout d’abord du cadrage. Pour la composition de l’image la règle des tiers est souvent utilisée. Elle consiste à placer l’élément principal sur les lignes de force qui séparent les tiers horizontaux et verticaux , comme vous pouvez le voir sur cette image.

regle tiers

Je vous conseille ce cadrage, surtout si vous désirez incruster des éléments comme des photos, graphismes ou titres, tout en restant à l’écran. C’est le type de composition que j’utilise régulièrement sur mes vidéos, ceci me permettant d’incruster des animations graphiques, ou des plans venant d’une deuxième caméra. Bien sûr, ne surchargez pas l’arrière-plan pour laisser de la place aux incrustations. Les fonds unis blanc ou noir sont plus adaptés à ce type de réalisation. Le visuel des présentations APPLE en est le parfait exemple.

Lors de l’enregistrement vous avez la possibilité de faire plusieurs prises, donc n’hésitez pas. Vous aurez ainsi un choix de séquences plus large au montage.

Mon conseil : répétez votre formation avant de passer devant la caméra, afin d’être à l’aise avec votre texte. Vous pouvez très bien commencer devant une glace. Faites un premier enregistrement vidéo afin de faire votre autocritique. Pensez justement à demander l’avis des amis ou collaborateurs pour améliorer votre présentation.

Un petit aparté sur le prompteur. Si vous avez beaucoup de texte et que vous êtes à l’image, il peut être judicieux d’utiliser cette technologie. Cela vous évitera d’apprendre votre texte par cœur, ce qui est un exercice assez fastidieux. De plus, réenregistrer à chaque fois que vous vous trompez va vite vous énerver, croyez moi. Avec un peu d’entrainement vous aurez plus d’assurance, et ne lirez plus votre texte trop mécaniquement sur le prompteur.

Côté matériel, un Ipad et un petit support placé devant la caméra sont suffisants pour ce type d’enregistrement.

– Son

Travaillez votre respiration et votre élocution avant l’enregistrement. La partie audio est la plus compliquée car dès que vous butez sur un mot il faut recommencer. Ceci demande beaucoup de concentration, et l’erreur arrive très vite.

Techniquement il faut éviter la saturation, donc ne criez pas, et efforcez-vous de garder un niveau constant.

3- Réalisation

C’est une étape très importante pour améliorer le rythme, et dynamiser vos vidéos.

Lors du montage vous devez couper les séquences ratées, et intégrer des plans tournés séparément, ce sont les plans rapprochés par exemple. C’est aussi le moment pour incorporer des captures d’écran d’ordinateur, des photos, des titres, revoir le niveau général audio, ou ajouter de la musique.

Sur la partie image réalisez un enchaînement des plans, en ayant toujours à l’esprit que l’image doit être en harmonie avec vos explications. Et ne surchargez pas avec les effets, titrages ou animations. Rester simple est là aussi une priorité.

Vous pouvez choisir un effet ou deux pour les transitions, et c’est tout. Regardez ce qui est utilisé le lus fréquemment au cinéma. Il y a le “CUT” (c’est-à-dire pas d’effet), le fondu enchaîné (c’est un mixage entre deux plans), et le fondu au noir (qui est une transition entre deux plans en passant par un noir).

Pour les incrustations de titres ou animations, idem, un effet ou deux pour les apparitions ou disparitions. Et n’abusez pas avec le texte. Les titres et mots-clefs sont suffisants. Ces animations doivent avoir un intérêt. Ils sont là pour accompagner ou compléter vos propos.

Le son ne doit surtout pas être oublié ! Le but de vos vidéos est de transmettre un enseignement, et ce grâce à votre voix pour l’essentiel. Faites en sorte que tout ce que vous dîtes soit compréhensible. Placez votre voix en mono, et faites un niveau général si vous trouvez que votre voix est parfois trop faible, ou trop forte. Mixez avec la musique si vous en ajoutez. Attention à ne pas abuser pas sur le niveau de la musique au risque de gêner la compréhension du texte !

En résumé, toutes ces explications doivent pouvoir vous aider à mieux imaginer le travail à réaliser avant de mettre en ligne vos vidéos. Réaliser une vidéo ne se résume pas à appuyer sur la touche “enregistrement” de votre caméra. Le travail en amont est essentiel, et une bonne assimilation des aspects techniques est un avantage considérable. Si vous ne maîtrisez pas bien le processus, vous risquez de produire un contenu qui dévalorisera votre enseignement, ce qui serait vraiment dommage.

Si vous avez besoin de conseils, n’hésitez donc pas à me solliciter, je serais ravi de contribuer au succès de votre formation !

Merci de votre attention, n’hésitez pas à me transmettre vos questions et commentaires,.

Equipement et conseils techniques pour réussir les vidéos de votre formation
Eddy Woj
Eddy Woj
Conseil & Production Vidéo
Related Posts
Showing 2 comments
  • healthnews.fr

    Sujet intéressant. Je partage !

    • Eddy Woj

      Merci pour le partage.

Leave a Comment

formationeddy woj